Etant admissible au CRPE (Concours de Recrutement de Professeur des Ecoles), je suis en stage de responsabilité (c'est à dire que je remplace une maîtresse) dans une classe de maternelle de triple niveau TPS / PS / MS du lundi 23 janvier au vendredi 3 février 2012 dans une classe de 29 enfants (non, vous lisez bien: 29 gosses en maternelle ! et ma collègue stagiaire en a 31). Ce stage est absolument exténuant; en discutant avec d'autres stagiaires dans mon cas (cad admissibles), nous sommes tous très déçus de la manière dont ce passe ce stage:

- On se retrouve complètement largué dans une classe dont on ne connait rien (ni de l'organisation matérielle et spatiale, ni des enfants, de leurs progressions).
- Nous n'avons absolument aucune aide de la part des maîtresses que nous remplaçons (et nous sommes même parfois, un peu ignoré quand on les rencontre au sein de l'école). Nous n'avons donc aucun accès aux outils et matériels pédagogiques dont ces maîtresses disposent.
- On doit se démmerder pour trouver des activités, alors qu'en tant que simple stagiaire, nous ne possèdons, je le répète, aucun matériel ni support pédagogique (pas de bouquins ni de livrets de maîtres). Les maîtresses nous répondent en gros "débrouillez-vous".
- On nous demande même d'évaluer les gamins sans connaître leur niveau!
- On ne dort que quelques heures par nuit et sommes présentes en classe de 8h à 18h (quand il faut rester pour le soutien, tel est mon cas), auquel il faut ajouter l'énorme travail en amont de préparation (la veille au soir; mais aussi les week-end et mercredi à raison de plus de 10 heures par jour): ce qui totalise un bon 80 heures par semaine (et je ne plaisante pas !). Je pense que nous sommes loin de voler le salaire que nous allons toucher: merci au gouvernement qui a pondu cette réforme !
- On se retrouve inspecté et on se fait quasi diminué et rabaissé (tel est mon cas: je m'en suis prise plein la gueule par une inspectrice au look de poupée barbie directive et sèche, mais j'ai du me contenter de faire bonne figure) car nous ne sommes pas au point (en même temps, on est là pour apprendre ce métier)!
- On doit faire face parfois aux caractères et comportements quelque peu agressifs de certains parents (j'en ai eu l'expérience!).

En résumé: un grand ras le bol, un découragement général et des remises en question sur le choix de ce métier pour bon nombre de stagiaires (seulement au bout d'une semaine de stage!! A croire qu'on cherche à nous décourager par tous les moyens). Autrement dit, pour toute personne qui réussira ce put*** de concours qui devient de plus en plus difficle: Cela vaut-il le coup de travailler près de 80 heures par semaine, sans être ni épaulé ni aidé, et de se faire casser psychologiquement quand on se fait inspecter par une pétasse alors qu'on essaie tous de faire de notre mieux ?!

De plus, j'ai attrapé une crève d'enfer (que m'ont refilé les gamins) et depuis mercredi 25 janvier, je suis malade, tenant à peine debout (rhume, mal de gorge, étourdissement, saignements de nez, jvous laisse imaginer le tableau). Pour n'importe quel autre boulot, j'aurai du être en arrêt maladie, tellement je suis mal en point, mais là, forcèment... faut fermer sa gueule et sourire en disant que "tout va bien". Bref, ce stage finit par être un véritable calvaire et non plus un plaisir.
Vivement vendredi 3 février à 18 heures qui marquera la libération pour pas mal de stagiaires !!

Cependant, il y aura un autre stage, toujours au sein de la même école et donc dans la même classe, qui aura lieu du 10 au 20 avril (snif :p).

Si vous êtes aussi dans ce cas et que vous voulez soit soutenir mon désarroi -lol- ou apporter votre témoignage, merci de laisser un commentaire.