22 juillet 2012

Garbage: Queer

garbage_queerOn poursuit la (re)découverte du premier album éponyme du groupe Garbage, avec le deuxième single intitulé Queer sorti le 30 octobre 1995 en Europe. 

La chanson fut initialement enregistrée sous forme de démo incomplète en janvier 1994, dans le studio d'enregistrement des 'gars' de Garbage: Butch Vig, Duke Erikson et Steve Marker, dans leur propre studio à Madison (dans le Wisconsin). L'inspiration de Butch Vig pour ce titre lui vient d'un roman qu'il avait lu à propos "d'une femme qui avait été engagée pour faire du fils d'un gars un 'homme'. Puis il réalisa que la femme qui venait le voir dans sa chambre se tapait aussi le père".
Lorsque les gars font venir Shirley de son Ecosse natale, la chanteuse enregistre une démo sur le titre Queer. Shirley va participer à la réécriture du titre en demandant d'y ajouter des arrangements trip-hop, et elle y apporte des paroles ambigües, de telles sortes que les auditeurs peuvent penser ce qu'ils veulent. Shirley va chanter cette fois-ci en adoptant un style plus minimaliste, plus discret; et c'est à ce moment que le groupe a su quelle direction prendre pour leur travail.
Le groupe incorpora un sample de batterie de la chanson "Man of Straw" du groupe néo-zélandais Single Gun Theory, en y superposant les boucles de batterie du percussioniste de Madison, Clyde Stubblefield (qui travailla notamment avec James Brown), qui joua aussi sur le titre "Not My Idea" de l'album de Garbage. La guitare basse a été complétée par la participation du bassiste de Milwaukee Mike Kashou. Le groupe voulait aussi ajouter un sample de clarinette d'un enregistrement de Frank Sinatra, mais abandonna l'idée car les droits d'auteurs s'avéraient bien trop onéreux. Finalement, ils utilisent un sample de clarinette de Les Thimming.
Pour les paroles, Shirley expliquera que "Ce n'est pas, comme vous pouvez le penser, de faire avec une personne gay, mais de la tolérance. Ma mamie a une expression 'Or's queer, except thee and me, and sometimes even thee's queer', ce qui veut dire que tu penses être normal et que le reste du monde est bizarre, mais nous sommes tous à blâmer." Le groupe n'a pas écrit la chanson pour faire particulièrement appel à la communauté gay, cependant Duke Erikson a déclaré "En tant que musiciens, nous sommes totalement ouverts. (...) La chanson n'est pas du tout sur le sexe, c'est sur la perte de l'innocence."

Paroles
Hey boy, take a look at me
Let me dirty up your mind
I'll strip away your hard veneer
And see what I can find

The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
The lamest of the lame
The numbest of the dumb
I hate to see you here
You choke behind a smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer

This is what he pays me for
I'll show you how it's done
You learn to love the pain you feel
Like father like son

The queerest of the queer
Hide inside your head
The blindest of the blind
The deadest of the dead
You're hungry 'cause you starve
While holding back the tears
Choking on your smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer

I know what's good for you, you can touch me if you want
I know you're dying to, you can touch me if you want
I know what's good for you, you can touch me if you want
But you can't stop

The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
The lamest of the lame
The numbest of the dumb
I hate to see you here
You choke behind a smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
You're nothing special here
A fake behind the fear
The queerest of the queer

I know what's good for you I know you're dying to
I know what's good for you
I bet you're dying to
You can touch me if you want
You can touch me if you want
You can touch me
You can touch me
But you can't stop


Le single: Comme pour tous ses singles, Queer sort en format collector, dans une pochette en plexiglas, sorti à seulement 5000 copies (autant dire qu'il est devenu très recherché !)
Le single Queer comporte différentes face-b selon l'édition ou le pays dans lequel il est sorti:

- Trip my wire
- Butterfly Collector
- Girl don't come
- Sleep


Le clip vidéo de Queer a été réalisé par Stéphane Sednaoui en juillet 1995 à Los Angeles. Le concept de la vidéo a été developpé par la propre expérience du réalisateur qui a été "mis en lambeau" par une belle femme. Le groupe a adoré le storyboard du clip, car cela collait bien à l'ambiguité de la chanson. C'est Shirley qui avait choisi Sednaoui comme réalisateur, après avoir vu le clip "Big Time Sensuality" qu'il a réalisé pour Bjork. Sednaoui filme en caméra subjective (de telle sorte que le spectateur prend part à l'action, comme s'il était le personnage qui filme).
Le clip fut diffusé pour la première fois aux Etats-Unis en août 1995. Le groupe fut nommé dans la catégorie "Breakthrough Video" aux MTV Video Music Awards en 1996, mais c'est Smashing Pumpkins qui remporta le prix pour le clip (excellent) de "Tonight, Tonight". Shirley déclarera en 2005: "Je suis très fière de "Queer", je pense qu'il s'agit de l'une de nos meilleurs vidéos". La robe argentée que porte Shirley dans la vidéo est aujourd'hui exposée au Hard Rock Hotel & Casino de Las Vegas.

  


> Bonus Vidéo
Shirley et Stephane Sednaoui parlent du clip

Images du Making-Of + le clip

> captures sur le tournage
1995-queer-set-cap01  1995-queer-set-cap02 


La promo: Le groupe a interprété le titre en live dans diverses émissions TV à travers le monde:

> MTV Most Wanted - MTV, London / Europe - 22 Novembre 1995

> NULLE PART AILLEURS - Canal + / France - 02 avril 1996
 

> TOP OF THE POPS - London - 1er décembre 1995
 

Posté par ginieland à 00:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


21 juillet 2012

Garbage en interview sur LaProvence

laprovenceGarbage, Le retour

publié le mardi 17 juillet 2012
en ligne sur laprovence.com

Après un long silence, le groupe se reforme autour de la rousse et magnétique Shirley Manson. Il joue ce soir à Arles.

Perdus de vue en 2005, Shirley Manson, le batteur et producteur Butch Vig, Duke Erikson et Steve Marker, écument, cet été, les festivals avec un nouvel album Not Your Kind of People, qui ravive leur formule pop-rock futuriste. Entretien.

Portez-vous toujours votre anorak orange ?
Shirley Manson : (Elle rit) Oui , je le porte de temps en temps !

Vous êtes de retour sur scène dans de grands festivals européens. Comment vous sentez- vous ?
S.M. : Faire une carrière dans l'industrie musicale est un privilège pour une femme. Je suis telle que j'ai toujours été. Je ne fais pas semblant d'être jeune. Et je n'ai pas peur de vieillir. Je suis fière d'être programmée dans de grands festivals.

Garbage a été l'un des premiers groupes à mélanger les grosses guitares à de l'électronique. Pensez-vous avoir influencé d'autres groupes?
S.M. : Certainement. Je vois l'influence de ma génération sur les jeunes dans la façon d'enregistrer en studio ou de jouer en live. Et pas uniquement dans le rock.

Vous avez tenté une carrière en solo. Que cherchiez-vous ?
S.M. : Je ne cherchais pas à faire une carrière en solo. Je cherchais à être moi-même. Je voulais "déshabiller" Garbage, faire un disque calme, sans me demander si cela plairait aux radios. Naïvement, j'ai cru que ma maison de disques allait me soutenir. On m'a fait comprendre que c'était trop abscons.

Comment vous êtes-vous retrouvé ?
S.M. : Notre agent nous a organisé des retrouvailles. Très vite, nous avons trouvé des points communs, avons lancé les mêmes vannes. Il a suffi d'une bonne bouteille de vin pour détendre la situation !

Vous vivez à Los Angeles. Edimbourg vous manque-t-il ?
S.M. : Bien sûr. La culture, la famille me manquent. Malheureusement, il n'y a pas d'industrie musicale en Ecosse. Si vous voulez faire carrière, il faut bouger. Sauf si vous aimez le folk.

Vous êtes à Arles ce soir. Aimez-vous des artistes français ?
S.M. : Oui, mon mari vient de produire le disque de Superbus. J'adore Air. Il y a beaucoup de Français que nous aimons !

Qu'attendez-vous du contact avec le public ?
S.M. : Je n'ai pas d'attente. Je vais profiter de chaque instant. Sept ans, c'est beaucoup dans le monde de la musique. Notre public a grandi. On a été surpris de recevoir un tel accueil. C'est incroyable !

Ce soir 21h30 au théâtre antique d'Arles en ouverture des Escales du Cargo
Propos recueillis par Marie-Eve BARBIER et Frédéric SANIERE

Posté par ginieland à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2012

Coffret Blur 21 le 30/07/2012

blur21 

Je vous en avais parlé lors de la revue de presse du magazine Rolling Stone : le 30 juillet prochain sort un coffret intitulé Blur 21, comprenant l'intégrale de la carrière du groupe Blur. Le contenu et visuel du coffret se précise. Vous pouvez d'ores et déjà visualiser en détail le contenu par cette vidéo:


Je vous rappelle le contenu, d'après le site officiel d'emi:
> Pour célébrer ses 21 ans de carrière, Blur revisite l’ensemble de sa discographie avec un coffret "Intégrale" contenant plus de cinq heures et demie d’inédits. Inclus :

  • Les 7 albums studio du groupe (chacun bénéficiant d’un CD bonus)
  • 4 CD de raretés et d’inédits
  • 3 DVD
  • 1 livre collector et le single vinyle de "Seymour" en édition limitée.

Cette collection, dont les cinq premiers albums ont été remasterisés à Abbey Road par Frank Arkwright, a été supervisée par Graham Coxon et le producteur Stephen Street.
Les sept albums du groupe seront également disponibles à la vente séparément, avec un second disque de faces B, titres rares et matériel bonus. 

> Egalement disponible : un coffret vinyle avec les sept albums (13 LP) proposés en vinyle 180g. Chacun des sept albums sera également proposé séparément, en vinyle épais. 

De plus, il est déjà possible de précommander le coffret (notament sur amazon ). Apparemment, le coffret est en "édition limitée" (autrement dit, si on ne le commande pas dès sa sortie, il ne sera plus possible de se le procurer par la suite ?!). Finalement, le prix est un peu moins cher que ce qui avait été annoncé: il faudra débourser tout de même près de 142 Euros !

Posté par ginieland à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

La robe noire de Romy Schneider

Une tenue, des photos  

J'aime beaucoup cette robe de soirée, très classique et moderne à la fois, qui reste intemporelle. C'est une robe avec un décolleté assez prononcé, transparente jusqu'à la poitrine, mais qui cache les seins par un motif en forme de fleur en velours. Un pompom est suspendu au croisement du décolleté (je dirai que le pompom est la touche un peu kitsch de cette robe que j'apprécie le moins). La longueur atteint les genoux. C'est une robe de soirée chic signée Yves Saint Laurent que Romy Schneider porta à plusieurs reprises. Elle accessoirise toujours sa tenue: soit en portant un collier ras de cou, soit avec un bandeau bijoux sur le front pour donner un aspect plus hippy. 

Soirée 1:
romy_robe_noire_1970_prem_choses_11  
Romy porte pour la première fois cette robe
le 13 mars 1970 pour la première parisienne du film Les Choses de la vie,
avec la présence du réalisateur Claude Sautet
et des acteurs Michel Piccoli et Alain Delon.
Romy était accompagnée de son mari Harry Meyen.
romy_robe_noire_1970_prem_choses_12 romy_robe_noire_1970_prem_choses_02 romy_robe_noire_1970_prem_choses_13
romy_robe_noire_1970_prem_choses_04 romy_robe_noire_1970_prem_choses_05
romy_robe_noire_1970_prem_choses_08 romy_robe_noire_1970_prem_choses_09 romy_robe_noire_1970_prem_choses_10
romy_robe_noire_1970_prem_choses_07 romy_robe_noire_1970_prem_choses_06
romy_robe_noire_1970_prem_choses_16 romy_robe_noire_1970_prem_choses_15 romy_robe_noire_1970_prem_choses_14


 Soirée 2:
romy_robe_noire_1970_soiree_1

Romy la porte toujours en 1970,
soirée et date inconnues.


Soirée 3:
romy_1970_sacha_show_4 
Toujours la même année -en 1970-, c'est vêtue de cette tenue
que Romy chante "Hélène" en duo avec Michel Piccoli
sur le plateau du Sacha Show, de Sacha Distel.
romy_1970_sacha_show_1 romy_1970_sacha_show_2 romy_1970_sacha_show_3
 


Soirée 4:
romy_robe_noire_1972_cesar_01
Romy la porte dans le film César et Rosalie en 1972,
dans la scène du restaurant avec Yves Montand.
romy_robe_noire_1972_cesar_02 romy_robe_noire_1972_cesar_03
romy_robe_noire_1972_cesar_cap1 romy_robe_noire_1972_cesar_cap2


Soirée 5:
romy_robe_noire_1974_par_sereny_07

Enfin, Romy porte encore la tenue en 1974,
lors d'une séance photos avec Eva Sereny à Rome.
romy_robe_noire_1974_par_sereny_01 romy_robe_noire_1974_par_sereny_02 romy_robe_noire_1974_par_sereny_04 romy_robe_noire_1974_par_sereny_08
romy_robe_noire_1974_par_sereny_03 romy_robe_noire_1974_par_sereny_06 romy_robe_noire_1974_par_sereny_05

John Lennon: Jealous Guy

johnlennon_jealous_guyC'est l'une des plus belles ballades de John Lennon: Jealous Guy a été enregistré sur l'album Imagine, sorti en 1971. Bien qu'au départ, Lennon la composa dès 1968 lors de son séjour en Inde afin de placer le titre sur l'Album Blanc des Beatles, lui donnant le titre de Child of Nature, inspiré d'une conférence donnée par Yogi sur le thème de "Mère Nature". Mais comme son compère Paul McCartney fut aussi inspiré de ce thème et écrivit la chanson Mother's Nature Son, c'est la chanson de Paul qui fut conservée pour l'album du groupe. Lennon garda alors sa chanson pour la sortir sur son second album solo. Il n'effectua que trois prises lors de l'enregistrement.
Le titre resortira en single en 1985 sur l'album Walls and Bridge et rencontrera un grand succès.
Un clip vidéo, montrant Lennon au sein des Beatles, mais aussi lors de l'enregistrement studio du titre, puis des images privées avec sa muse et compagne Yoko Ono, sera diffusé.
On raconte que cette chanson aurait été écrite par John pour Paul. John voulait toujours prendre toute l'attention au sein des Beatles car il menait le groupe. Puis les regards se tournaient aussi vers Paul, qui, à son tour, prenait de l'attention; ce qui aurait rendu John jaloux. Ainsi, les dernières années du groupe, John entrait en compétition avec Paul. Puis lorsque John mena sa carrière en solo et écrivit cette chanson, il se rendit compte que la compétition était indigne et réalisa qu'il avait à son tour rendu Paul jaloux. Dans cette chanson, John présente ainsi ses excuses à Paul.

I was dreaming of the past
And my heart was beating fast
I began to lose control
I began to lose control

I didn't mean to hurt you
I'm sorry that I made you cry
Oh well I didn't want to hurt you
I'm just a jealous guy

I was feeling insecure
You might not love me anymore
I was shivering inside
I was shivering inside

I didn't mean to hurt you
I'm sorry that I made you cry
Oh well I didn't want to hurt you
I'm just a jealous guy

I was tryin' to catch your eyes
Thought that you tryin' to hide
I was swallowing my pain
I was swallowing my pain

I didn't mean to hurt you
I'm sorry that I made you cry
Oh well I didn't want to hurt you
I'm just a jealous guy (watch out)
I'm just a jealous guy (look out baby)
I'm just a jealous guy

Posté par ginieland à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 juillet 2012

Septembre 1954 Marilyn par Milton Greene

Une photo, Une histoire

1954_mm_ballerina_001 1954_mm_ballerina_002 

Photographe: Milton H. Greene
Modèle
:
Marilyn Monroe
Date:
10 septembre 1954
Lieu: New York, studio de Greene sur Lexington Avenue

Voici deux des photographies des plus connues de Marilyn Monroe. Elles font partie d'une série intitulée "The Ballerina Sitting", en référence à la robe de danseuse classique que porte Marilyn, photographiée par son photographe préféré, Milton Greene, très ami avec la star. Ils vont tellement bien s'entendre professionnellement, que Milton s'associera avec Marilyn pour fonder la maison de production "M.M. Prod.", et tourneront deux films (Bus Stop et The Prince and the Showgirl). Milton prendra des milliers de clichés de Marilyn, sans doute les plus belles photographies de la star.
Mais revenons à cette séance prise le 10 septembre 1954 : une robe de ballerine, de la créatrice Anna Klein, avait été commandée plusieurs semaines à l'avance. Mais le jour de la séance des prises de vues, Marilyn avait pris un peu de poids et la robe était alors trop serrée. Qu'à cela ne tienne, Milton et Marilyn décidèrent de faire tout de même la séance avec cette tenue, et la robe ne fut pas attachée dans le dos. C'est pour cette raison que Marilyn tient le corsage. Une bonne cinquantaine de photos seront prises.

1954_mm_ballerina_01 1954_mm_ballerina_02 1954_mm_ballerina_03
1954_mm_ballerina_04 1954_mm_ballerina_05 1954_mm_ballerina_06
1954_mm_ballerina_07 1954_mm_ballerina_08 1954_mm_ballerina_09
1954_mm_ballerina_10 1954_mm_ballerina_11 1954_mm_ballerina_12
1954_mm_ballerina_13 1954_mm_ballerina_14 1954_mm_ballerina_15
1954_mm_ballerina_16 1954_mm_ballerina_17 1954_mm_ballerina_18

Dans le même studio, avec le même décor, sans doute le même jour, Milton fait une autre séance avec Marilyn qui porte, cette fois-ci, une robe dorée qui donnera ainsi le nom de la séance "The Gold Dress" tout simplement...

1954_mm_gold_01 1954_mm_gold_04
1954_mm_gold_02 1954_mm_gold_03  

> sur le web:
blog divinemarilyn  

Posté par ginieland à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juillet 2012

1968 Sharon et Roman par John Kelly

 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_3
Photographe: John Kelly
Modèles
:
Sharon tate et Roman Polanski
Date:
1968
Lieu: Londres 

Cette série de photographies a été prise en 1968, l'année du mariage de Sharon Tate et Roman Polanski. Il y a deux séries de portraits, shootés par John Kelly: d'abord, le couple dans le studio du photographe, puis dans leur maison de Londres. 

sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_1 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_2
 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_3 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_5 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_01_4
sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_01 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_02 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_03
sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_04 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_05 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_06
sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_07 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_02_08
sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_1_1 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_1_2 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_2_4
sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_2_1 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_2_3 sharon_tate_polanski_1968_by_john_kelly_london_at_home_2_2

> video montage photos

Posté par ginieland à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

1969 Sharon et Roman par David Bailey

Une photo, Une histoire 

sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_1 
Photographe: David Bailey
Modèles
:
Sharon tate et Roman Polanski
Date:
1969

Ayant remporté le concours du "plus beau bébé de Dallas", l'américaine Sharon Tate décide de devenir actrice à 18 ans. En 1967, elle rencontre le réalisateur polonais Roman Polanski sur le tournage du "Bal des Vampires". C'est le coup de foudre. Ils se marient l'année suivante, le 20 janvier 1968 à Londres. Lorsque Sharon tombe enceinte, le couple s'installe dans une grande maison de Los Angeles en février 1969. On connaît la suite... Roman part en Europe pour travailler sur un film pendant que Sharon, enceinte de 8 mois reste à la maison. Le 9 août 1969, Sharon et ses amis, ainsi que le gardien de la propriété, seront sauvagement assassinés par la bande de Charles Manson.
Revenons à cette séance photos, prise par David Bailey, en 1969, alors que Sharon était au tout début de sa grossesse. Sharon a 26 ans et Roman en a 36. David Bailey est un grand photographe de mode des années 1960, qui a révolutionné le milieu de la photo et est à l'origine de l'émergence de la pop culture. Ces photos représentent parfaitement le travail de Bailey: les sujets sont photographiés simplement, dans un décor neutre (au fond blanc), en noir et blanc. Les photos sont une commande pour le magazine Vogue, avec qui Bailey fut longtemps l'un des collaborateurs.

sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_1 sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_2
sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_3 sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_4 sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_5
sharon_tate_polanski_by_bailey_contact_1 sharon_tate_polanski_by_bailey_contact_2 sharon_tate_polanski_by_bailey_contact_3
sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_6 sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_7 sharon_tate_polanski_by_bailey_1969_pic_8  sharon_tate_polanski_by_bailey_vogue_1

> sur le web:
blog sharonandroman
 

Posté par ginieland à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2012

Jayne Mansfield par Bruno Bernard

Une photo, Une histoire

  jayne_choucroute_1_2

Photographe: Bruno Bernard
Modèle
:
Jayne Mansfield
Date:
vers 1962
Lieu:
Hollywood

Jayne Mansfield ressemble à une Baby-Doll pour ce shooting: sans doute par sa coiffure choucroute (les cheveux ont été crêpés) et le petit noeud dans les cheveux; ainsi que les poses toujours très érotiques que prend Jayne. Elle est d'ailleurs photographiée par le spécialiste des pin-ups, Bruno Bernard, aussi surnommé Bernard of Hollywood, qui était le photographe des stars hollywoodiennes des années 1950s. Lors de cette séance, prise probablement vers 1962/63, Jayne avait plus de 27 ans, était déjà mère d'une fille (Jane Marie, née en 1950) et mariée à Mickey Hargitay, monsieur Muscle de l'époque. On remarque qu'elle avait pris un peu de poids. Pour la première séance, Jayne pose dans un lit et devant la piscine (est-ce dans sa célèbre maison luxueuse du Pink Palace ?); quand à l'autre séance, plus formelle, elle pose dans un  studio au fond rouge.

jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_4 blog_4 blog_bruno_bernard jayne_choucroute_1_1_en_1962_ou1963
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_5_3 blog_RDA00069793 jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_5_1 jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_5_4
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_5_2 jayne mansfield (1549) jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_2_2 
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_1_3 blog_jayne_1 jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_2 
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_1_1 jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_1_2
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_3_3 jayne_by_bb jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_3

> Portraits Publicitaires pour le film danois
"Heimweh nach St Pauli"

jayne mansfield (1081)  blog_jayne-1  jayne mansfield homesick for st 
jayne_choucroute_par_bernardofhollywood_6_1  blog_1  jayne_by_bb 
jayne mansfield (1094)  jayne mansfield (1534)  jayne mansfield homesick for st 
  jayne_choucroute_studio_par_bernardofhollywood_1 blog_86437797_o jayne_choucroute_studio_par_bernardofhollywood_1_2
jayne_choucroute_studio_par_bernardofhollywood_1_3 jayne_choucroute_studio_par_bernardofhollywood_1_4 jayne_choucroute_studio_par_bernardofhollywood_1_5 

Posté par ginieland à 18:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Skip The Use: Ghost

SkipTheUse_Ghost_coverC'est le groupe rock du moment: Skip The Use est, comme son nom ne l'indique pas, un groupe de rock français, originaire de Lille. Après avoir écumé les scènes du nord de la France pendant une petite décennie, c'est en janvier 2012, qu'ils se font distinguer en remportant une Victoire de la musique pour la catégorie "Groupe ou artiste révélation scène de l'année"; et interprète pour la première fois leur single Ghost sur le plateau de l'émission "Taratata". La chanson, enregistré avec une chorale d'enfants, est extraite de leur 3ème album studio Can be Late, sorti en 2012.
Le titre Ghost, n'est pas sans rappeller la chanson Kids with Guns, du groupe Gorillaz, sorti en 2006, enregistré aussi avec une chorale d'enfants.


Time is running out
Ghost keeping me alive
I get what it means
You have to survive

Eight o' clock in the morning
To hard to give, to hard to live
I can't stop dreaming
Do you know what I'm in
you make up your angry eyes
You stay hidden but I see you smile
I wanna stay inside your arms
I want to feel fine
(You have to survive)

Twenty minutes and I'm ready
It's not raining today
I'm late and I must hurry
Welcome to my way
(You have to survive)
I don't wanna wet us i'm sorry
It's not raining today
Kill the light
I can see

Time is running out
Ghost keeping me alive
I get what it means
You have to survive
(x2)

You know i'm on the road
We are playing tonight
Ever since this morning
Your kiss is on my skin
What's again tonight?
Will you talk to me?
You know I need you
To make it real

Time is running out
Ghost keeping me alive
I get what it means
You have to survive
(x2)
(You have to survive)

You gonna die, die, die
I get, I get what they're saying to me
I gotta smile, smile, smile
Forget, forget, forget it i wanna be
Come inside my world
Live the gun outside
I've got the words
Let them blow your mind

It's a lie lie lie
I get I get what the story will be
You gotta try try try
Escape, escape, escape your misery
Stop the motion
I got the solution
Wake up, focus, (thrive?) and get free

Time is running out
Ghost keeping me alive
I get what it means
You have to survive
(X2)

Posté par ginieland à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,