Un lieu, Une histoire

Le "Pink Palace" de Jayne Mansfield
10100 Sunset Blvd, Beverly Hills, USA

jayne_pink_palace-inside-lounge_main-by_allan_grant-1-2 

jayne_pink_palace-outside_cadillac-02-1 En novembre 1957, l'actrice et pin-up américaine Jayne Mansfield achète une grande demeure de style espagnol comportant 40 pièces, dont 7 chambres, 8 salles de bains, une salle à manger, un bar, une bibliothèque, une cave à vin et un parc de plus d'un hectare. Le domaine comprend également une suite de 3 chambres pour le personnel et une petite maison d'hôtes séparée.
La maison, située à l'angle de Sunset Boulevard et San Carolwood Drive au bout d'une impasse, avait été construite en 1929 par l'architecte et designer GC McAllister. Le chanteur américain Rudy Vallee l'achète 125 000 $ en 1932.

jayne_pink_palace-inside-bathroom-by_allan_grant-1-4 Jayne l'achète pour la somme de 76 000 $ (une belle affaire), et après avoir touché un héritage de 81 140 $ de son grand-père. Elle décide de transformer entièrement son nouveau pied-à-terre à son image... c'est à dire "kitchement" avec des coeurs partout (lit, baignoire, cheminée, piscine) et de repeindre tout en rose, sa couleur préférée; c'est ainsi que son nouveau nid se nommera le "Pink Palace" ("le "Palais Rose"). Jayne, pas modeste pour un sous, disait alors "I’ll have to have a palace, of course. I may not be a princess, but I am a movie queen, and every queen should have a palace." ("Je dois avoir un palais, bien sûr. Je ne suis peut être pas une princesse, mais je suis une reine de cinéma et toute reine devrait avoir un palais".)

jayne_pink_palace-pool-01-1  Elle l'a fait donc peindre en rose, avec des cupidons entourés de lumières roses fluorescentes, des moquettes et tapisseries en fourrures (même dans la salle de bain !), une baignoire et un lit en forme de coeur rose, et une fontaine faisant jaillir du champagne rosé pour les grandes occasions. Le portail d'entrée est en fer forgé blanc, le lustre immense suspendu au plafond en boiserie apparente est en crystal.
Mais Jayne et son mari comptent leurs sous pour la décoration et le réaménagement de la maison: Jayne écrit à plus de 1 500 artisans et marchands de meubles pour recevoir des échantillons gratuits, leur assurant ainsi une publicité.

Quand à la piscine, c'est son mari Mickey Hargitay qui l'a construite, en forme de cœur, avec comme touche de finition au fond de la piscine, l'inscription "I love you Jaynie", gravée en mosaïque de feuilles d'or

jayne_pink_palace-inside-wall_scale-by_allan_grant-1Jayne, très narcissique (elle accroche aux murs tous les magazines du monde entier dont elle a fait la couverture; tient des classeurs réunissant toutes les coupures de presse d'articles parlant d'elle), et adorant la mise en scène et la médiatisation, acceuillait toujours à bras ouvert les journalistes et photographes dans sa maison. Mickey a terminé de construire la piscine... et Jayne organise une conférence de presse. Un nouvel élément de décor, un nouveau film, un événement personnel comme une naissance, et Jayne se fait photographier avec mari et enfants en situation. Toutes les pièces de la maison ont ainsi été immortalisées durant la décennie -de 1957 à 1967- où Jayne y vécut. Elle voulait montrer à tout le monde qu'elle vivait comme une reine dans son palais exceptionnel.

> extrait d'un article de presse 
jayne_pink_palace-article-1

> Visite de la maison par Mickey Hargitay
après le décès de Jayne en 1967

Après la mort de Jayne en 1967, la maison aura d'autres propriétaires, dont certains célèbres: Rita Greenland, Ringo Starr (batteur des Beatles), Mama Cass Elliot (chanteuse de The Mamas & the Papas), et Engelbert Humperdinck (chanteur anglais).
La maison
a ensuite été vendue à des promoteurs, mais faute d'acquéreur, elle a été, malheureusement, démolie le 9 novembre 2002: le témoignage d'un style de vie kitschissime à souhait effacé à jamais...


> voir l'album photos Jayne au Pink Palace


Sur le web:
> article sur wikipedia
> article sur le site officiel
jaynemansfield.net
 

> article sur le blog La vie en rose de Jayne Mansfield