28 août 2012

2003 Jennifer Lopez par James White

2003_jlo_1 

 Photographe: James White
Modèle
:
Jennifer Lopez
Date:
2003
Photoshoot: séance pour Esquire

2003_jlo_5 2003_jlo_3 2003_jlo_4
2003_jlo_2 2003_jlo_cover

Posté par ginieland à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


1991 Monica Bellucci par Frederic Meylan

1991_monica_5 

PhotographeFrederic Meylan
Modèle
:
Monica Bellucci
Date: 1991 

1991_monica_2 1991_monica_3 1991_monica_1 1991_monica_4

Posté par ginieland à 13:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

1996 Angelina Jolie par Lionel Duluy

1996_angelina_1 

 Photographe: Lionel Duluy
Modèle
:
Angelina Jolie
Date: 1996

1996_angelina_1  1996_angelina_2
1996_angelina_3 1996_angelina_4 1996_angelina_5
1996_angelina_7 1996_angelina_6 1996_angelina_8
1996_angelina_9 1996_angelina_10

Posté par ginieland à 13:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

1992 Pamela Anderson par Alan Olley

1992_pam_1_1 

Photographe: Alan Olley
Modèle
:
Pamela Anderson
Date:
1992

1992_pam_1_2 1992_pam_1_1 1992_pam_2_1
1992_pam_2_2 1__53_ 1__58_
1992_pam_2_3 1__60_
1992_pam_3_1  
< avec David Charvet

Posté par ginieland à 13:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 août 2012

1967 Twiggy par Bert Stern

  twiggy_by_bert_stern_1967_pic04_1a 

 Photographe: Bert Stern
Modèle
:
Twiggy
Date:
1967
Lieu:
New York
Photoshoot: séances de mode pour Vogue

twiggy_by_bert_stern_1967_pic01 twiggy_by_bert_stern_1967_pic01_2 twiggy_by_bert_stern_1967_pic02
twiggy_by_bert_stern_1967_pic03 twiggy_by_bert_stern_1967_pic03_1a twiggy_by_bert_stern_1967_pic03_2
twiggy_by_bert_stern_1967_pic05 twiggy_by_bert_stern_1967_pic06_a twiggy_by_bert_stern_1967_pic06_b
twiggy_by_bert_stern_1967_pic07_2 twiggy_by_bert_stern_1967_pic07 twiggy_by_bert_stern_1967_pic08
twiggy_by_bert_stern_1967_pic09 twiggy_by_bert_stern_1967_pic12_1 twiggy_by_bert_stern_1967_pic12_2 twiggy_by_bert_stern_1967_pic13
twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_01 twiggy_by_bert_stern_1967_pic11 twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_5
twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_2 twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_3 twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_3b twiggy_by_bert_stern_1967_pic11_4
twiggy_by_bert_stern_1967_pic10 twiggy_by_stern-H5945-L77873714 twiggy_by_bert_stern_1967_pic10_4
twiggy_by_bert_stern_1967_pic10_2 
twiggy_by_bert_stern_1967_pic10_3 twiggy_by_bert_stern_1967_pic10_3b twiggy_by_bert_stern_1967_pic10_3c

twiggy_by_bert_stern_vogue_1967_03_italia twiggy_by_bert_stern_vogue_1967_03_italia1 twiggy_by_bert_stern_vogue_1967_04_15

Posté par ginieland à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 août 2012

1966 The Doors par Joel Brodsky

Une photo, Une histoire  

the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_2_1 

Photographe: Joel Brodsky
Modèle
:
le groupe The Doors
Date:
novembre 1966
Lieu: New York, au studio de Brodsky

Il s'agit de la première séance photos entre The Doors et le photographe Joel Brosky (il fera une deuxième séance, devenue célèbre, en septembre 1967; mais aussi une séance pour The Soft Parade, le 4ème album du groupe). Et c'est la deuxième fois que le groupe pose professionnellement en photos (leur toute première séance date de septembre 1966 à Venice en Californie, où le groupe pose notamment dans le jardin d'une grande propriété et dans une brasserie). 
En novembre 1966, les studios Elektra, sous contrat avec le groupe, organise une séance photos en studio très officielle. En effet, le but est de poser pour ce qui sera la pochette de leur premier album éponyme (The Doors, qui sortira en janvier 1967). C'est au studio New-Yorkais (à Manhattan) de Joel Brodsky que le groupe prend la pose. Le photographe utilise un procédé alors très novateur pour la couverture de l'album: une quadruple exposition combinant les portraits individuels des membres du groupe -Jim Morrisson, Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore- et ce, bien avant l'invention de logiciels tels que Photoshop (nous sommes qu'en 1966 !).

> Le groupe The Doors
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_1 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_2 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_3
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_5 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_contact
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_1_4 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_2_2 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_2_1 
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_3_2 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_album_a the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_3_1

  > Jim Morrison  
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_2 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_3 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_4
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_1 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_5 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_jim_6
jim_1966_01 jim_1966_02

> Ray Manzarek
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_ray_manzarek

 > Robbie Krieger
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_robby_krieger

> John Densmore
the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_john_densmore_1 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_john_densmore_1_2 the_doors_1966_by_Joel_Brodsky_john_densmore_2

> sur le web:
L'année 1966 sur le site doorshistory 

Posté par ginieland à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Septembre 1967 Jim Morrison par Joel Brodsky

Une photo, Une histoire 

the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_01

Photographe: Joel Brodsky
Modèle
:
Jim Morrison - groupe The Doors
Date:
18 septembre 1967
Lieu: New York, au studio de Brodsky
 Séance: Young Lion Shoot

C'est dans son studio de New York que le photographe Joel Brodsky créa l'un des portraits photographiques, le plus célèbre, de Jim Morrison. Durant leur séjour new-yorkais, où le groupe The Doors donna des concerts, ils se produisent à l'émission Ed Sullivan Show le 17 septembre 1967 où ils interprètent "Light My Fire". La prestation ne passe pas inaperçu: Ed Sullivan a demandé que le groupe supprime le mot "higher", qui fait référence au plaisir de la drogue dans le texte ("planer"). Les Doors acceptent, mais au moment du couplet, Jim chante évidemment la chanson telle qu'elle. Il fallait s'y attendre quand on connaît le caractère rebelle de Jim et son refus de l'autorité. Le groupe va ensuite participer à trois séances photos, qui seront déterminantes pour l'image de Jim, le leader du groupe. Il pose d'abord pour Gloria Stavers pour le magazine 16. C'est le jour suivant, soit le 18 septembre, que le groupe se rend au studio photos de Joel Brodsky. Plus tard, le groupe fera encore une session, pour le magazine Vogue, et Jim ira chez la photographe Gloria pour poser à nouveau pour une autre séance photos.

 Pour ce shooting, il était initialement prévu une séance de poses en groupe (avec les quatre membres des Doors). Après avoir photographié le groupe ensemble puis chaque membre individuellement, en commençant par les trois musiciens - Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore - pendant ce temps, Jim attend dans un coin, ne cessant de boire.

> Le groupe The Doors
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_2 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_8
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_3 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_2_3 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_4 
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_5 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_7 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_6
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_13 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_13_2 jim_04 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_14
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_1_9 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_2_2 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_2
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_2_4 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_3 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_4 jim_05
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_5 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_session2_1

  > Ray Manzarek et Jim Morrison
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_ray_jim_1

Une fois photographiés, les autres membres du groupe partent et laissent le photographe seul avec Jim, complètement bourré, mais conscient de ses actes. On connait la suite, en observant les photos: Jim pose torse nu, avec un petit collier, vêtu d'un pantalon cuir moulant, et prend des poses sexy et viriles. Cette séance porte d'ailleurs le nom de "Young Lion Shoot" tant Morrison adopte des postures animales et sauvages, affirmant son pouvoir artistique et son charisme physique. Le cliché le plus connu et le plus publié, montre Jim Morrison les bras écartés, mimant ainsi une posture christique. Ces photos feront le tour du monde, et seront utilisées dans neuf couvertures d'albums du groupe (comme les Best-Of).
Joel Brodsky se souvient dans une interview de ce shooting photos:
"The Doors were among the brighter groups I'd shot at that point. They had a visual orientation and seemed to understand the potential of a good photo session. Initially, there seemed to be a little jealously that Morrison was being put so up front in the photos, but basically the others understood that Jim was the sex symbol and an important visual focus for the band. After we'd done group shots, I shot some individual pictures of each member, saving Morrison for last. I knew I was going to be spending the most time with him, so I didn't want them to have to sit around and wait too long. Well, while this was going on, Jim was drinking quite a bit. So by the time I got to shooting the individual shots of him, Morrison was pretty loose. The 'American Poet' shot was pretty near the end, I think. He wasn't a wild drunk - actually he was kind of quiet - but his equilibrium wasn't too terrific. Still, he was great to photograph because he had a very interesting look. It seemed like a good session to me, and then a week later, we ran one of the photos in The Village Voice. The story I've heard is that they got something like ten thousand requests for the picture. You know, Morrison never really looked that way again, and those pictures have become a big part of The Doors' legend. I think I got him at his peak." 

>  Jim Morrison - the "young lion shoot"
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_01 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_01_3 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_01_2
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_02 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_02_3 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_02_2  
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_01_8 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_02_4 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_02_5
jim_03 jim_03_4 jim_01
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_03 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04_2 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04_3 jim_03_9
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04_6 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04_7 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_04_9 jim_03_5 
jim_01_2 jim_02_2
jim_02_1 jim_02
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_05 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_05_2 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_06
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_07 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_08 jim_image 
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_09 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_contact_1 
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_10 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_11 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_12

Le groupe avait déjà deux albums à son actif, au moment de cette séance:
> Leur premier album éponyme, The Doors, est sorti en janvier 1967, et rencontra un succès immédiat (l'album contient le fameux "Light my fire", mais aussi "Break on through", "The Crystal Ship", "Alabama Song", "The End"... autant de titres incontournables de la carrière des Doors). Sur la pochette, figure une photographie du groupe, photographié déjà sous l'objectif de Joel Brodsky en 1966.
> Leur deuxième album, Strange Days, est sorti quelques jours après cette séance photo, le 25 septembre 1967. Cet album comporte les tubes "Love me too times" et "People are strange").  

Dans son film biopic 'The Doors' en 1990, le réalisateur Oliver Stone montre cette séance photo (où Jim est interprété par Val Kilmer), mais change bizzarement l'apparence du photographe Joel Brodsky en le faisant interpréter par une femme, jouée par Mimi Rogers.

>  Couvertures de magazines
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_mag_RS_1991_04_04 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_mag_arte_nc2b031 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_mag_esquire_1991
the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_mag_mojo_1999 the_doors_1967_by_Joel_Brodsky_jim_mag_mojo_2004  
 

> sur le web:
L'année 1967 sur le site doorshistory 
Joel Brodsky (bio et extrait interview) sur snapgalleries.com 
Interview Joel Brodsky sur archives.waiting-forthe-sun.net  

Posté par ginieland à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juillet 2012

Garbage: Queer

garbage_queerOn poursuit la (re)découverte du premier album éponyme du groupe Garbage, avec le deuxième single intitulé Queer sorti le 30 octobre 1995 en Europe. 

La chanson fut initialement enregistrée sous forme de démo incomplète en janvier 1994, dans le studio d'enregistrement des 'gars' de Garbage: Butch Vig, Duke Erikson et Steve Marker, dans leur propre studio à Madison (dans le Wisconsin). L'inspiration de Butch Vig pour ce titre lui vient d'un roman qu'il avait lu à propos "d'une femme qui avait été engagée pour faire du fils d'un gars un 'homme'. Puis il réalisa que la femme qui venait le voir dans sa chambre se tapait aussi le père".
Lorsque les gars font venir Shirley de son Ecosse natale, la chanteuse enregistre une démo sur le titre Queer. Shirley va participer à la réécriture du titre en demandant d'y ajouter des arrangements trip-hop, et elle y apporte des paroles ambigües, de telles sortes que les auditeurs peuvent penser ce qu'ils veulent. Shirley va chanter cette fois-ci en adoptant un style plus minimaliste, plus discret; et c'est à ce moment que le groupe a su quelle direction prendre pour leur travail.
Le groupe incorpora un sample de batterie de la chanson "Man of Straw" du groupe néo-zélandais Single Gun Theory, en y superposant les boucles de batterie du percussioniste de Madison, Clyde Stubblefield (qui travailla notamment avec James Brown), qui joua aussi sur le titre "Not My Idea" de l'album de Garbage. La guitare basse a été complétée par la participation du bassiste de Milwaukee Mike Kashou. Le groupe voulait aussi ajouter un sample de clarinette d'un enregistrement de Frank Sinatra, mais abandonna l'idée car les droits d'auteurs s'avéraient bien trop onéreux. Finalement, ils utilisent un sample de clarinette de Les Thimming.
Pour les paroles, Shirley expliquera que "Ce n'est pas, comme vous pouvez le penser, de faire avec une personne gay, mais de la tolérance. Ma mamie a une expression 'Or's queer, except thee and me, and sometimes even thee's queer', ce qui veut dire que tu penses être normal et que le reste du monde est bizarre, mais nous sommes tous à blâmer." Le groupe n'a pas écrit la chanson pour faire particulièrement appel à la communauté gay, cependant Duke Erikson a déclaré "En tant que musiciens, nous sommes totalement ouverts. (...) La chanson n'est pas du tout sur le sexe, c'est sur la perte de l'innocence."

Paroles
Hey boy, take a look at me
Let me dirty up your mind
I'll strip away your hard veneer
And see what I can find

The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
The lamest of the lame
The numbest of the dumb
I hate to see you here
You choke behind a smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer

This is what he pays me for
I'll show you how it's done
You learn to love the pain you feel
Like father like son

The queerest of the queer
Hide inside your head
The blindest of the blind
The deadest of the dead
You're hungry 'cause you starve
While holding back the tears
Choking on your smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer

I know what's good for you, you can touch me if you want
I know you're dying to, you can touch me if you want
I know what's good for you, you can touch me if you want
But you can't stop

The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
The lamest of the lame
The numbest of the dumb
I hate to see you here
You choke behind a smile
A fake behind the fear
The queerest of the queer
The strangest of the strange
The coldest of the cool
You're nothing special here
A fake behind the fear
The queerest of the queer

I know what's good for you I know you're dying to
I know what's good for you
I bet you're dying to
You can touch me if you want
You can touch me if you want
You can touch me
You can touch me
But you can't stop


Le single: Comme pour tous ses singles, Queer sort en format collector, dans une pochette en plexiglas, sorti à seulement 5000 copies (autant dire qu'il est devenu très recherché !)
Le single Queer comporte différentes face-b selon l'édition ou le pays dans lequel il est sorti:

- Trip my wire
- Butterfly Collector
- Girl don't come
- Sleep


Le clip vidéo de Queer a été réalisé par Stéphane Sednaoui en juillet 1995 à Los Angeles. Le concept de la vidéo a été developpé par la propre expérience du réalisateur qui a été "mis en lambeau" par une belle femme. Le groupe a adoré le storyboard du clip, car cela collait bien à l'ambiguité de la chanson. C'est Shirley qui avait choisi Sednaoui comme réalisateur, après avoir vu le clip "Big Time Sensuality" qu'il a réalisé pour Bjork. Sednaoui filme en caméra subjective (de telle sorte que le spectateur prend part à l'action, comme s'il était le personnage qui filme).
Le clip fut diffusé pour la première fois aux Etats-Unis en août 1995. Le groupe fut nommé dans la catégorie "Breakthrough Video" aux MTV Video Music Awards en 1996, mais c'est Smashing Pumpkins qui remporta le prix pour le clip (excellent) de "Tonight, Tonight". Shirley déclarera en 2005: "Je suis très fière de "Queer", je pense qu'il s'agit de l'une de nos meilleurs vidéos". La robe argentée que porte Shirley dans la vidéo est aujourd'hui exposée au Hard Rock Hotel & Casino de Las Vegas.

  


> Bonus Vidéo
Shirley et Stephane Sednaoui parlent du clip

Images du Making-Of + le clip

> captures sur le tournage
1995-queer-set-cap01  1995-queer-set-cap02 


La promo: Le groupe a interprété le titre en live dans diverses émissions TV à travers le monde:

> MTV Most Wanted - MTV, London / Europe - 22 Novembre 1995

> NULLE PART AILLEURS - Canal + / France - 02 avril 1996
 

> TOP OF THE POPS - London - 1er décembre 1995
 

Posté par ginieland à 00:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juillet 2012

Garbage en interview sur LaProvence

laprovenceGarbage, Le retour

publié le mardi 17 juillet 2012
en ligne sur laprovence.com

Après un long silence, le groupe se reforme autour de la rousse et magnétique Shirley Manson. Il joue ce soir à Arles.

Perdus de vue en 2005, Shirley Manson, le batteur et producteur Butch Vig, Duke Erikson et Steve Marker, écument, cet été, les festivals avec un nouvel album Not Your Kind of People, qui ravive leur formule pop-rock futuriste. Entretien.

Portez-vous toujours votre anorak orange ?
Shirley Manson : (Elle rit) Oui , je le porte de temps en temps !

Vous êtes de retour sur scène dans de grands festivals européens. Comment vous sentez- vous ?
S.M. : Faire une carrière dans l'industrie musicale est un privilège pour une femme. Je suis telle que j'ai toujours été. Je ne fais pas semblant d'être jeune. Et je n'ai pas peur de vieillir. Je suis fière d'être programmée dans de grands festivals.

Garbage a été l'un des premiers groupes à mélanger les grosses guitares à de l'électronique. Pensez-vous avoir influencé d'autres groupes?
S.M. : Certainement. Je vois l'influence de ma génération sur les jeunes dans la façon d'enregistrer en studio ou de jouer en live. Et pas uniquement dans le rock.

Vous avez tenté une carrière en solo. Que cherchiez-vous ?
S.M. : Je ne cherchais pas à faire une carrière en solo. Je cherchais à être moi-même. Je voulais "déshabiller" Garbage, faire un disque calme, sans me demander si cela plairait aux radios. Naïvement, j'ai cru que ma maison de disques allait me soutenir. On m'a fait comprendre que c'était trop abscons.

Comment vous êtes-vous retrouvé ?
S.M. : Notre agent nous a organisé des retrouvailles. Très vite, nous avons trouvé des points communs, avons lancé les mêmes vannes. Il a suffi d'une bonne bouteille de vin pour détendre la situation !

Vous vivez à Los Angeles. Edimbourg vous manque-t-il ?
S.M. : Bien sûr. La culture, la famille me manquent. Malheureusement, il n'y a pas d'industrie musicale en Ecosse. Si vous voulez faire carrière, il faut bouger. Sauf si vous aimez le folk.

Vous êtes à Arles ce soir. Aimez-vous des artistes français ?
S.M. : Oui, mon mari vient de produire le disque de Superbus. J'adore Air. Il y a beaucoup de Français que nous aimons !

Qu'attendez-vous du contact avec le public ?
S.M. : Je n'ai pas d'attente. Je vais profiter de chaque instant. Sept ans, c'est beaucoup dans le monde de la musique. Notre public a grandi. On a été surpris de recevoir un tel accueil. C'est incroyable !

Ce soir 21h30 au théâtre antique d'Arles en ouverture des Escales du Cargo
Propos recueillis par Marie-Eve BARBIER et Frédéric SANIERE

Posté par ginieland à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juillet 2012

Coffret Blur 21 le 30/07/2012

blur21 

Je vous en avais parlé lors de la revue de presse du magazine Rolling Stone : le 30 juillet prochain sort un coffret intitulé Blur 21, comprenant l'intégrale de la carrière du groupe Blur. Le contenu et visuel du coffret se précise. Vous pouvez d'ores et déjà visualiser en détail le contenu par cette vidéo:


Je vous rappelle le contenu, d'après le site officiel d'emi:
> Pour célébrer ses 21 ans de carrière, Blur revisite l’ensemble de sa discographie avec un coffret "Intégrale" contenant plus de cinq heures et demie d’inédits. Inclus :

  • Les 7 albums studio du groupe (chacun bénéficiant d’un CD bonus)
  • 4 CD de raretés et d’inédits
  • 3 DVD
  • 1 livre collector et le single vinyle de "Seymour" en édition limitée.

Cette collection, dont les cinq premiers albums ont été remasterisés à Abbey Road par Frank Arkwright, a été supervisée par Graham Coxon et le producteur Stephen Street.
Les sept albums du groupe seront également disponibles à la vente séparément, avec un second disque de faces B, titres rares et matériel bonus. 

> Egalement disponible : un coffret vinyle avec les sept albums (13 LP) proposés en vinyle 180g. Chacun des sept albums sera également proposé séparément, en vinyle épais. 

De plus, il est déjà possible de précommander le coffret (notament sur amazon ). Apparemment, le coffret est en "édition limitée" (autrement dit, si on ne le commande pas dès sa sortie, il ne sera plus possible de se le procurer par la suite ?!). Finalement, le prix est un peu moins cher que ce qui avait été annoncé: il faudra débourser tout de même près de 142 Euros !

Posté par ginieland à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,