15 novembre 2013

Série The Walking Dead Saison 1

 The Walking DeadThe Walking Dead
pays: USA (tourné à Atlanta)
genre: horreur (interdit moins de 16 ans)
année: 2010
réalisations: Gwyneth Horder-Payton, Gregory Nicotero, Ernest Dickerson
scénaristes: Charlie Adlard, Frank Darabont, Robert Kirkman, Tony Moore
Saison 1 en 6 épisodes (durée d'1 épisode: 45 min).
distribution: Andrew Lincoln (Rick Grimes), Steven Yeun (Glenn), Chandler Riggs (Carl Grimes), Norman Reedus (Daryl Dixon), Melissa McBride (Carol Peletier), Sarah Wayne Callies (Lori Grimes), Jon Bernthal (Shane), Laurie Holden (Andrea)...

Le speech: Après une épidémie ayant transformé la quasi-totalité de la population américaine et mondiale en « rôdeurs » (mort-vivant), un groupe d'hommes et de femmes mené par le shérif-adjoint du comté de Kings, Rick Grimes, tente de survivre. Ensemble, ils vont tant bien que mal faire face à ce nouveau monde devenu méconnaissable.

Résumé par Episodes:
1/ 'Passé Décomposé': Dans le Kentucky, Rick Grimes, un policier, se réveille à l'hôpital après plusieurs semaines de coma provoqué par une fusillade qui a mal tourné. Il découvre que le monde, ravagé par une épidémie, est envahi par les morts-vivants. Rick ne songe qu'à une chose: retrouver sa femme Lori et son fils Carl. Il se rend chez lui mais constate qu'ils ont disparu. Il rencontre Morgan et son fils Duane, qui se terrent dans une maison. L'homme lui explique que la seule façon de tuer les "rodeurs" est de les atteindre à la tête. Il lui indique aussi qu'il existe un camp de réfugiés aux alentours d'Atlanta. Rick part donc pour Atlanta en voiture. En panne d'essence, il s'arrête dans une ferme où il découvre que les occupants se sont suicidés. Il trouve un cheval et décide alors de poursuivre son chemin avec l'animal. Arrivé à Atlanta, il se retrouve piégé dans la rue, avec des milliers de "rodeurs" qui s'agglutine autour de lui. Le cheval va servir de repas aux rodeurs, et Rick parvient à se faufiler dans un char de l'armée
2/ 'Tripes': Dans le char, Rick entend un message radio: un survivant lui donne des conseils pour s'extraire du char. Il parvient à sortir et rencontre un groupe de survivants avec le jeune Glenn, Andrea, Morales, T-Dog et Merle Dixon, un homme raciste et énervé. Tous sont réfugiés dans un immeuble et se demandent comment en sortir. Les zombies tentent de prendre d'assaut le bâtiment, par l'entrée d'une boutique de vêtements. Rick est obligé d'attacher Dixon pour le calmer car son attitude envers T-Dog envenime la situation. Le petit groupe pense d'abord à s'échapper par les égouts. Pendant ce temps, dans le camp de réfugiés à l'extérieur de la ville, Lori (la femme de Rick) et Shane (le collègue policier de Rick) sont amants.
3/ 'Les grenouilles': Rick, Glenn et le petit groupe de survivants parviennent à rejoindre le camp de réfugiés situé dans les montagnes aux alentours d'Atlanta. Rick retrouve sa femme Lori et son fils Carl. Son ancien coéquipier, Shane, qui était devenu l'amant de Lori, est forcément surpris du retour de Rick. Le cas de Merle Dixon fait débat: fallait-il le laisser attaché sur le toit sans défense ? La découverte d'un mort-vivant aux abords du camp et le retour de Daryl Dixon, le frère de Merle, précipitent les choses : Rick décide de retourner à Atlanta pour délivrer Merle et récupérer des armes et des munitions, dans son sac laissé dans la rue...
4/ 'Le gang': A Atlanta, Rick, Glenn, T-Dog et Daryl cherchent Merle, qui a réussi à s'enfuir malgré sa main coupée. En voulant récupérer le sac d'armes, ils rencontrent un autre groupe de survivants, qui eux aussi veulent s'emparer des munitions. Le gang capture Glenn et les deux parties vont devoir négocier. Au camp en dehors de la ville, alors qu'Andrea s'est rapprochée de sa soeur Amy, Jim montre des signes d'inquiétude. L'homme ne cesse de creuser des tombes et semble perdre toute notion de la réalité. Les autres habitants du camp décident de l'attacher de manière préventive. A Atlanta, alors que les deux bandes sont prêtes à s'affronter, Rick et son groupe découvrent que leurs assaillants sont finalement des hommes bons: ils sont restés en ville pour s'occuper de personnes âgées. Rick leur donnent alors des armes, et avec son groupe, ils rejoignent la gare où ils avaient laissé leur camion: stupéfaction, le camion a disparu. A peine arrivé au campement, ils sont attaqués par une horde de "rôdeurs". 
5/ 'Wildfire': Après l'attaque du campement, tous les survivants sont résignés et abattus. Andrea pleure sa soeur Amy, Shane reproche à Rick d'être parti à Atlanta et d'avoir laissé le camp sans renfort, mais c'est surtout l'état de santé de Jim qui inquiète. Il a été mordu par un mort-vivant et sa santé se dégrade. Rick cherche du soutien chez Lori et propose au groupe de quitter les montagnes pour essayer de trouver le centre de soins et de prévention des maladies infectieuses. Il pense que l'endroit est encore protégé par l'armée. Tous prennent la route alors que Jim est de plus en plus fiévreux. Sur la route, Jim souffre tellement qu'il demande au groupe de le laisser seul, au bord de la forêt. Le groupe arrive ensuite devant le bâtiment qui est fermé.  
6/ 'Sujet-Test 19': Rick et son groupe pénètrent dans le centre de soins et de recherche sur les maladies infectieuses, acceuillis par le docteur Edwin Jenner. Il est le seul scientifique rescapé et présent et vit seul depuis plusieurs mois. Après avoir profité d'un repos auquel ils n'avaient plus goûté depuis longtemps, Rick, Shane et le groupe se posent beaucoup de questions sur ce qui s'est passé dans le centre. Le docteur Jenner leur explique l'état le plus avancé de la recherche sur ce qui transforme les morts en zombies. Le "sujet test numéro 19" n'était autre que la femme du docteur. Mais la situation n'est pas aussi idéale qu'il n'y paraît: un compte à rebours se met en marche et il ne peut être désactivé: le centre va exploser. Le docteur garde le groupe enfermé car selon lui, le monde n'a plus d'issu. Finalement, après plusieurs discussions, le docteur leur ouvre la porte. Et le groupe reprend la route.

twd-saison1-ep1  twd-saison1-ep2  twd-saison1-ep3 
twd-saison1-ep4
  twd-saison1-ep5 twd-saison1-ep6

Ma note: 10/10
J'aime: Dès le premier épisode, on devient totalement accro ! Entre le film "La Route", la série "Jérémiah" (pour la survie et le côté road-movie où différentes communautés se forment) et le film "28 Jours" (pour l'affrontement avec les zombies), cette série entretient un suspense et délivre des intrigues complexes où l'action et les tensions sont toujours omniprésentes. Les "morts vivants" sont d'une réalité déconcertante: un travail minutieux a été réalisé sur les effets spéciaux et le maquillage. Et les acteurs sont époustouflants ! Cela m'a permis de découvrir Andrew Lincoln, déjà vu dans "L'Arnacoeur" mais y tenant un rôle tellement insipide, alors qu'ici, il est LE héros, avec ses failles, son courage, ses doutes et il offre une palette d'émotion très développée. Si vous n'êtes pas très accro au genre "mort vivant", vous y trouverez tout de même votre compte car progressivement, les zombies passent en second plan dans l'intrigue qui va se concentrer davantage sur les rapports humains. Une excellente série qui cartonne aux US et tient au compteur déjà 4 saisons !!

> la bande-annonce made in US:

A savoir: La série est l'adaptation de la bande dessinée du même nom de Robert Kirkman, Charlie Adlard et Tony Moore, composée de 19 tomes, et entièrement en noir et blanc, afin d'atténuer la violence. Certains événements et personnages relatés dans la série n'apparaissent pas dans la BD.  e choix a été opéré à la fois pour surprendre les lecteurs qui regardent la série, et pour parfaire le récit ou l'ajuster au mieux pour la télévision, un format qui requiert un autre rythme et une structure narrative différente.
>  Les figurants choisis pour incarner des zombies dans la série reçoivent une formation avant de tourner, afin de s'assurer une uniformité dans leurs comportements et leurs gestes!

Sur le web:
la série sur wikipedia 
les personnages sur wikipedia 
la série sur allocine  
le site
the-walking-dead.net  
le site walking-dead.fr   

Posté par ginieland à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 octobre 2013

Film - La Nuit des Morts-Vivants

Night_of_the_Living_Dead_afficheLa Nuit des Morts-Vivants
titre originale: Night of the Living Dead
pays: USA
genre: horreur, épouvante
année: 1968
durée: 1h39
réalisateur: George A. Romero
Noir et Blanc
Film interdit en salles aux moins de 16 ans
distribution:  Duane Jones (Ben), Judith O'Dea (Barbara), Karl Hardman (Harry Cooper), Marilyn Eastman (Helen Cooper), Keith Wayne (Tom), Judith Ridley (Judy), Kyra Schon (Karen Cooper), Charles Craig (Newscaster/Zombie), Bill Hinzman (Zombie dans le cimetière), Russel Streiner (Johnny), Bill Cardille ("Chilly Billy Cardilly"), George Kosana (Sheriff McClelland)...
Le speech: Dans un cimetière de Pennsylvanie, Barbara et son frère Johnny ont fait une longue route pour venir se recueillir sur la tombe de leur père, enterré dans leur ville natale. Ce rite annuel irrite Johnny, qui se moque de Barbara, et lui rappelle comment il lui faisait peur lorsqu'elle était enfant. Il cherche à nouveau à l'effrayer, en lui affirmant que les morts vont venir la chercher. Barbara, énervée, s'isole, et se fait agresser par une personne à la démarche mécanique et au visage ravagé. Son frère la défend, mais meurt dans la lutte, la tête fracassée contre une pierre tombale. Barbara s'enfuit, et se réfugie dans une maison isolée. Un routier afro-américain, Ben, la rejoint, et bloque portes et fenêtres avec des planches de bois alors que de nombreux morts, revenus à la vie, se dirigent vers la demeure. Barbara s'évanouit, et restera en état de choc à son réveil...

> le film

Ma note: 10/10
J'aime
: C'est LE premier film de morts-vivants réalisé par Romero, le maître du genre. Et quel film ! Il s'agit de LA référence, c'est à dire que tous les autres films de zombies vont s'en inspirer. Le film peut paraître vieillot par certains aspects (le choix du noir et blanc notamment), mais ce film fait surtout toujours autant flipper (les scènes de huit clos où les survivants se retrouvent barriqués dans la maison, avec la peur des morts à l'extérieur qui veulent entrer). Bref, si vous aimez ce genre de film (les films de zombies), je vous conseille vivement de voir celui-ci qui fut le pionnier du genre. 

Night_of_the_Living_Dead_P3 Night_of_the_Living_Dead_P2  Night_of_the_Living_Dead_P1

A savoir:
> Lorsque George A. Romero écrit le scénario du film, le réalisateur dit s'être inspiré de "Je suis une légende", le célèbre roman de Richard Matheson (adpaté au ciné en 2007 avec Will Smith). Le livre raconte l'histoire de l'unique survivant sur Terre d'une terrible pandémie transformant les humains en vampires.
> George A. Romero et ses potes de la fac ont toujours voulu réaliser un long-métrage. Mais les démarches auprès des financiers se sont révélées catastrophiques. Ils décident alors de fonder leur propre société de production: 'Image Ten', en la finançant par leurs propres moyens où chaque actionnaire s'engage à rapporter 600 dollars à la société. Le capital obtenu sera alors quintuplé en étant vendu cher à des tiers. Au départ, Romero n'était pas particulièrement amateur du genre du film d'horreur, mais il décide, avec ses collaborateurs, de s'attaquer à ce genre pour son premier film, uniquement pour des raisons financières. A cette époque, la télévision avait fait chuter les taux de fréquentation des salles de cinéma, et il fallait alors surtout s'assurer que le film allait être lucratif tout en restant une oeuvre de qualité comme le confirme l'un des producteurs du film Russel Streiner: "Sans doute, nous aurions préféré réaliser un grand film dramatique. Mais une fois que nous avons opté pour un film d'horreur, nous nous sommes efforcés de le rendre le plus réaliste possible avec le budget dont nous disposions.". Le succès du film a par la suite lancé la carrière de George A. Romero qui persiste jusqu'à aujourd'hui dans l'horreur. Il va tourner cinq suites: les plus connus sont 'Zombie' (1978) et 'Le Jour des morts-vivants' (1985).
> La plupart des personnages sont interprétés par des amateurs, des habitants de Pittsburgh, et des amis ou clients de la maison de production. Les producteurs Russell Streiner et Karl Hardman jouent les rôles de Johnny et Harry dans le film.
La séquence du cimetiere fut tournée sur deux jours. La voiture conduite par Barbara et Johnny appartenait à la mère de Russel Streiner, mais elle eut un accident le soir du 1er jour. Romero changea alors le script afin que la voiture s'écrase contre un arbre.
> Tourné pour un budget dérisoire de 114 000 dollars, le film en rapporte plus de 5 millions de dollars. Il reste l'un des films indépendants les plus rentables jamais produit.
> En plus d'appartenir au genre du film d'horreur, le film se veut aussi apporter une critique sociale et raciale: d'un côté, il dénonce l'horreur de la guerre du Vietnam, et de l'autre côté, l'acteur principal (Duane Jones) est un jeune afro-américain alors que la  ségrégation était encore fort présente aux USA. Cette critique est renforcée par le sort que le héros va subir: seul survivant, il sera abattu par la police à la fin du film, la police l'ayant pris de loin pour un zombie.  

 >Sur le web:
le film sur
wikipedia 
le film sur allocine 
analyse du film de Zombie sur cinematoman  et sur myscreens.fr 

Posté par ginieland à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 octobre 2013

Les Morts Vivants

zombie_Romero

Je vais tenter de faire plusieurs posts ces prochaines semaines autour de cette thématique sanglante et effrayante: les morts vivants.

Avec les films les plus incontournables:
> ceux de Georges Romero: son premier film "La nuit des morts vivants" date de 1968, et bien qu'il soit aujourd'hui un peu daté, c'est de ce film là que toutes les autres histoires de morts vivants dans la culture artistique (ciné, vidéos, séries), se sont inspirés ! Et dix ans après, soit en 1978, Romero nous offrait son désormais classique "Zombie", qui reste LE film de référence en matière de morts vivants. Les amerloques en ont même fait un remake en 2004 "L'armée des morts", qui, bien que le film soit réussi, n'égale pas du tout le "Zombie" de Romero !.
> Dans les années 1980s, il y a tout de même de bons films, mais qui restent des "petits films": comme "Le retour des morts vivants" de Dan O'Bannon en 1985. Quand aux années 1990s, le cinéma à grand spectacle se développe et se concentre sur les films d'action, romantique et humoristique et le genre des films de zombies s'essouffle totalement.
> Il faudra donc attendre les années 2000 avec deux films qui vont marquer la décennie: d'abord, "Resident Evil" en 2002, de Paul S Anderson, qui s'inspire du jeu vidéo du même nom qui avait fait un tabac. Honnêtement, le film est plutôt réussi, je m'abstiendrai de parler des suites qui ne valent pas grand chose. Mais c'est surtout le fameux "28 jours" de Dany Boyle en 2004 (un chef d'oeuvre !), qui redonne du galon au genre. Les zombies ne sont désormais plus des êtres mous et lents, mais sont vifs, rapides et disposent même d'une certaine réflexion ! Dans un tout autre style, il y a le "Shaun of the Dead" sorti en 2004 qui mêle le genre à la comédie (un vrai délice humoristique!).
> En 2013, le "World War Z" de Marc Foster est surtout un film à très grand spectacle avec de très gros moyen financier, qui s'offre la crème des crèmes des acteurs avec Brad Pitt ! On ne peut pas dire que le film soit mauvais, mais c'est du "too much": ça ne fait pas vraiment peur, on a du mal à se mettre à la place du personnage, ça tire de partout, on en prend plein les yeux mais sans plus.

Pour les clips vidéos:
> Vous avez évidemment le célèbre "Thriller" de Michael Jackson, clip réalisé par John Landis à qui l'on doit "Le loup-garou de Londres" en 1981. Et dans le clip, qui s 'apparente plus à un court métrage, Landis mixe les deux: zombies et loup-garou, en s'inspirant énormément des films de Romero. Le clip est évidemment désormais la référence en matière de vidéo musicale: ce n'est désormais plus un simple support à mettre des images sur une musique, mais le clip peut désormais avoir une existence à part entière en dehors de la musique qu'il illustre.
La même année, Billy Idol apparaît tel un maître des ténèbres en tuant des zombies en chantant, dans son clip "Dancing with myself", une vidéo réalisée par Tobe Hooper, le réal de 'Massacre à la tronçonneuse' et de 'Poltergeist'. 
> Dans un autre style, vous avez le "Everybody" des Backstreet Boys en 1997. Beaucoup inspiré du "Thriller" de Michael Jackson, mais en beaucoup plus léger et fun. 

Pour les séries:
> Une seule et unique série est à voir sans modération: "The Walking Dead" est né en 2010 aux USA (profitez-en: elle est diffusée en ce moment sur NT1 à un horaire très tardif jusqu'à 1h20 du mat', mais peut être revu en replay, ne vous en privez pas !). La série reprend les codes instaurés par Romero (on suit l'itinéraire d'un groupe de survivants face aux morts vivants, et la peur de la contamination) avec la modernisation apportée par Danny Boyle (les zombies sont très 'réels', perspicaces et rapides; et le début de l'histoire est calquée sur le film: un homme se réveille seul à l'hôpital).

Dans la culture:
> Tous les ans, dans de nombreux pays occidentaux, des sortes de 'festivals' de zombies sont organisés; il s'agit de la journée nationale du "Zombie Walk" qui a lieu en octobre. En France, ça se passe surtout dans les grandes villes: les gens se "déguisent" en morts vivants et déambulent lentement dans les rues.

Posté par ginieland à 12:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :