29 septembre 2011

Epreuves écrites du CRPE crue 2012 suite

Je poursuis mon petit compte-rendu sur les épreuves du CRPE...

Mercredi 28 septembre, à 9h00:
Epreuve de Mathématiques et Sciences Expérimentales et technologie
Durée: 4 heures
Mathématiques sur 12 points
Sciences sur 8 points
L'épreuve que je redoute le plus: je suis une quiche en maths et je déteste les sciences (j'ai beau apprendre par coeur, je ne retiens rien en sciences, c'est une calamité). Pour vous expliquez grossomodo, les sciences sont réparties en 2 disciplines: biologie et technologie. Et le jour du concours, le sujet traite de l'une de ces 2 disciplines. Les années précédentes, j'avais toujours bien révisé la technologie en laissant un peu de côté la bio. Cette année, j'ai fait l'inverse: j'étais sûre que ça tomberait sur de la bio (l'année dernière, le sujet était sur un thème de la techno). J'ai donc bien révisé ma bio, les plantes, le corps humain et tout le tralala. On nous distribue le sujet et quand enfin, on peut le retourner (parce que tant que le top départ n'a pas été donné, c'est Défense d'y toucher :p), je regarde vite le sujet tombé en sciences: de la techno !!! J'étais dég lol

Pour les Mathématiques, je vous ai scanné le sujet (c'est plus simple que de tout recopier sur le blog);
Le sujet est composé de trois exercices, il fallait maîtriser la numération, la proportionnalité, la géométrie plane:
mathscrpe2012_page2  mathscrpe2012_page3  mathscrpe2012_page4 
Pour la première fois -et j'ai déjà passé ce concours 3 fois quand même- j'ai réussi à faire tous les exercices! Oui, oui, vous lisez bien: TOUT. Bien que je pense que mes réponses ne soient pas toutes exactes (et en vérifiant sur le corrigé: effectivement, tout n'est pas bon dans ce que j'ai fait), j'étais quand même contente d'avoir réussi à tout faire. Excepté la toute dernière question du dernier exo. Mais dans l'ensemble, il ne faut vraiment pas se plaindre: les exercices étaient bien plus abordables que ceux de l'année dernière (trop tortueux et créer pour des vrais matheux!). Alors tout d'abord, voici le corrigé (en ligne sur primaths.fr  je remercie d'ailleurs Valérie de m'avoir filé le lien!): corrigeCRPE_maths_2012_LILLE
Alors, d'après le corrigé, je pense avoir tout de même réussi la moitié des réponses pour l'exo 1: jme suis gourée totalement dans les affirmations 1 et 6 (j'avais mis vrai aux deux), et je ne suis pas satisfaite de mes justifications pour les affirmations 3 et 4 (on va dire que je suis sûre d'avoir au moins 1,5/4). Pour l'exo 2, jsuis assez contente: il n'y a que le 2/ c/ que j'ai foiré (normalement, je devrais avoir 2,50/3). Enfin, pour l'exo 3, j'ai foiré la 1ère (je n'ai pas démontré, je suis partie de leur réponse en appliquant la réciproque du théorème de Pythagore ! ptre j'aurai quand même 0,25 on ne sait jamais... ensuite, je n'ai pas fait la dernière (la 4ème) question  (je pense avoir au moins 2,5/4). Si tout va bien et selon mes calculs, je devrais obtenir 6,50/12 ce qui n'est pas fameux ! Mais évidemment, tout dépend de leur notation (comment les demi-points sont répartis par question, s'ils prennent en compte le raisonnement même si le résultat est faux).

Pour les Sciences, je vous ai, là aussi, scanné le sujet qui portait sur les transferts d'énergie:
sciencesCRPE2012_page5 sciencesCRPE2012_page6 sciencesCRPE2012_page7 sciencesCRPE2012_page8 
Bon alors là, je vais m'abstenir de tout commentaire sur ce que j'ai fait (franchement, ça vaut mieux)! Je ne maîtrise pas du tout le thème de l'énergie mais finalement, en vérifiant dans mon bouquin de crpe, je m'aperçois que je n'ai pas marqué de conneries (c'est déjà ça) et que j'ai même mis des notions plutôt justes. Je ne m'attend pas à une note exceptionnelle, mais au moins un petit 3 sur 8 !

Ce qui me ferais au total un petit 9,50 sur 10; et encore, j'ai tendance à me sous noter, ce qui me fait garder un peu d'espoir.

Posté par ginieland à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 septembre 2011

Les Sciences: 3/ Le cycle de développement des êtres vivants

Chapitre 3 - Le cycle de développement des êtres vivants
domaine: Biologie

Introduction: quelques définitions

> Le terme de croissance indique une augmentation de la masse de matière qui se traduit par une augmentation irréversible de la taille et/ou de la masse corporelle.
-> Chez les végétaux: la croissance se poursuit pendant toute la durée de vie. Elle peut être discontinue en lien avec les saisons.
-> Chez les animaux: la croissance est présente de la naissance à l'âge adulte. Elle s'arrête aux alentours de la maturité sexuelle.

> Le terme de développement désigne la succession des transformations qui affectent la cellule-oeuf à partir de sa conception = les étapes du développement.
-> Chez les végétaux (exemple des plantes à fleurs): la phase de développement embryonnaire est réduite alors que le développement post-embryonnaire est complexe (avec la différenciation de nombreux organes), adaptable et flexible selon les conditions environnementales.
-> Chez les animaux: on distingue:
    le développement embryonnaire: depuis la fécondation jusqu'à la naissance / ou éclosion.
    le développement post-embryonnaire ou juvénile: de la naissance à l'état adulte.
    la phase adulte: la maturité sexuelle.
    la phase sénile: les fonctions diminuent, mène à la vieillesse et à la mort.


1. Développement et croissance chez les plantes à fleurs

a/ Une succession d'étapes communes
 
>
Pour les végétaux qui se développent à partir d'une graine
Graine (dormance puis germination) -> plantule -> jeune plante (croissance
et développement des racines, tiges et feuilles) -> plante adulte (croissance et développement des feuilles, fleurs et fruits contenant les graines) -> mort de la plante.
> Pour les végétaux qui se développent à partir d'un organe de réserve
Organe de réserve (tubbercule, bulbe, rhizome)
-> développement d'un bourgeon -> jeune plante (croissance et développement des racines, tiges et feuilles) -> plante adulte (croissance et développement des racines, tiges, feuilles, fleurs, fruits et graines) -> reconstitution d'un organe de réserve -> mort de la partie aérienne.

b/ De la graine à la plantule: la germination
> Les étapes de la germination: débute par le développement de la radicule
qui écarte les téguments puis s'enfonce dans le sol. Les racines se développent, puis la tige. La plantule utilise les réserves de la graine. A l'apparition des feuilles vertes, la jeune plante fabrique sa propre matière organique (elle devient autotrophe).
La germination correspond à la sortie de la radicule.
> germination épigée
= au-dessus de la terre (exple: le haricot).
img340a

>
germination hypogée
= en-dessous de la terre (exple: le blé).
img340b
Le développement de l'embryon de la graine ou germination aboutit à la formation d'une plantule qui présente de petits massifs de cellules indifférencies = les méristèmes. Un méristème se situe au sommet de la tige et est responsable de la formation de la partie aérienne (tige, feuilles, bourgeons, fleurs); un autre méristème se situe à l'extrémité de la racine et est responsable de la formation de la partie souterraine. Ils permettent la croissance en longueur et épaisseur de la plante, pendant toute sa durée de vie, parfois suivant le rythme des saisons.

> Les conditions de la germination: pour germer, les graines ont besoin d'eau, d'oxygène et d'une température adaptée. L'automne serait une saison favorable à la germination mais les graines sont aptes à germer après une période de vie ralentie (= la dormance avec déshydratation qui protège la plantule du gel ou de la sécheresse et réduction des échanges respiratoires et nutritifs). Puis la graine sort de son état de dormance en absorbant une grande quantité d'eau.  

b/ De la plantule à la plante
> La croissance et le développement: la croissance saisonnière est discontiue et illimitée et se poursuit jusqu'à la mort de la plante.
Les caractéristiques: un allongement des tiges et l'apparition de feuilles grâce aux bourgeons terminaux (méristèmes sous leurs écailles); un accroissement en épaisseur (sous l'écorce, fabrication de cellules de bois); l'allongement et la ramification des racines.
Le développement saisonnier des fleurs (étape de la floraison) puis des fruits (étape de la fructification) se priduit à un moment de la vie de la plante. 
> Exemple: la croissance en longueur d'un rameau. L'âge du rameau se voit les l'espace entre deux cicatrices laissées par la chute des écailles de bourgeons, qui correspond à une année. 
img341  img341a img341b 
>
Exemple: la croissance en épaisseur d'un tronc d'arbre. La coupe transversale d'un tronc d'arbre montre des anneaux (= cernes) et l'alternance cerne clair / cerne sombre correspond à une année.
img342

> Les conditions de la croissance: besoin de la lumière (source d'énergie pour la photosynthèse), de l'obscurité (pour synthétiser les hormones de croissance), de l'air, de l'eau, des sels minéraux et une température adaptée.


1. Développement et croissance chez les animaux

> Exemple: la souris
>
Les étapes du développement sont, de sa conception à sa mort => en représentation linéraire (montre que la vie a un début et une fin).
img343 
> Le cycle de développement ou cycle de vie montre la perpétuation de l'espèce => en représentation bouclée où la mort est absente.
img343a 

a/ Une succession d'étapes communes  
>
De la cellule-oeuf à la naissance: croissance et développement embryonnaire
> De la naissance du petit au stade adulte: croissance et développement juvénile (métamorphoses chez certaines espèces)
> De l'adulte à la mort: vieillisement ou sénescence.

b/ Deux types de développement  
>
Le développement direct: quand le petit (le jeune) ressemble à l'adulte (homme, chat, poule, escargot, phasme...)
; transformations sans changement de forme.

> Le développement indirect: quand le petit (la larve) est différent de l'adulte (grenouille, crabe, papillon, huître...). Les transformations sont des métamorphoses: soit elles sont progressives (comme pour la grenouille et l'huître); soit elles ont 3 stades différents:
1/ le stade larvaire: la larve mue plusieurs fois et se débarasse de son exosquelette rigide (qui empêche la croissance). La croissance se déroule tout de suite après la mue et avant la formation d'un nouveau exosquelette. La croissance est discontinue (courbe en paliers). La larve arrête de se nourrir, mue une ultime fois et se transforme en nymphe, pour entrer dans la mue nymphal. La transformation se fait soit à l'intérieur d'un cocon tissé par la larve (ver à soie) ou soit dans le milieu (ver de farine). Le stade larvaire = période entre l'éclosion de l'oeuf et la mue nymphale.
2/ le stade nymphal: repos apparent où la larve ne se nourrit pas, ni ne se déplace, mais avec une intense activité métabolique interne. Stade se termine par une mue libérant l'adulte: la mue imaginale. Le stade nymphal = période entre la mue nymphale et la mue imaginale.
3/ le stade adulte / ou imaginal: croissance et développement sont achevés, l'adulte est capable de se reproduire.
> Les métamorphoses sont souvent liées avec un changement de milieu de vie (larve aquatique de la libellule, adulte aérien) ou de régime alimentaire (têtard végétarien, grenouille carnivore) ou les deux.
> Les stades peuvent porter de snoms spécifiques chez certaines espèces:

c/ Deux types de croissance
> La croissance continue: augmentation de la taille progressive chez les animaux dont le revêtement cutané n'est pas rigide (exple: les mammifères).

> Le croissance est discontinue: augmentation de la taille uniquement pendant une courte période entre la mue et formation d'un exosquelette ; chez les animaux au squelette externe non extensible ou exosquelette (les arthropodes). Courbe de croissance en paliers.
img345a 

Classification des animaux
>
Les vertébrés ont un squelette osseux; squelette interne avec colonne vertébrale.
> Les invertébrés ont un squelette articulé (au niveau des pattes). Ceux qui ont une carapaces sont les arthropodes.  
img346 

  en cours de rédaction...

Posté par ginieland à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2011

Les Sciences: 2/ La reproduction des plantes à fleurs

Chapitre 2 - La reproduction des plantes à fleurs
domaine: Biologie

Introduction
La reproduction végétale, comme la reproduction animale, est sexuée ou asexuée. Au sens large, la reproduction sexuée recouvre, chez les plantes à fleurs et à fruits, l'étude des organes sexuels, la double fécondation et la formation des cellules oeufs.

1. La reproduction sexuée des plantes à fleurs
> Certains végétaux ont des fleurs (tulipe, coquelicot, chêne, maïs, cerisier, érable, fraisier, haricot, lierre, sapin), d'autres n'en ont pas (algue, mousse, fougère).
> Tous les végétaux qui ont des fleurs ont des graines:
-> certains ont des graines mais pas de fruits (sapin): l'ovule n'est pas dans un ovaire, il est nu: ce sont des gymnospermes.
-> d'autres ont des graines contenues dans un fruit (tulipe, coquelicot, chêne, maïs, cerisier, érable, fraisier, haricot, lierre): l'ovule est dans un ovaire, ce sont des angiospermes. 
> Les végétaux qui n'ont pas de fleurs, n'ont ni graines, ni fruits (algue, mousse, fougère). 

Définitions
> La fleur, c'est l'organe reproducteur; elle porte les organes sexuels de la plante.
> La graine (sauf chez les gymnospermes) est le produit de la double fécondation; c'est le point de départ d'un nouvel être vivant.
> Le fruit est issu du développement de l'ovaire après la double fécondation; il contient (et protège) la ou les graines. Il peut être sec (noisette, fraise) ou charnu (courgette, orange).

a/ De la fleur au fruit
exemple: la fleur de cerisier
img286a
> Les sépales (ici au nombre de 5) forment le calice; elles sont vertes. Il s'agit des parties qui enveloppaient la fleur avant qu'elle éclose.
> Les pétales (ici au nombre de 5) forment la corolle; elles sont libres.
> Les étamines (ici une 20aine) sont les organes mâles. Chaque étamine est constituée d'un filet se terminant par une anthère contenant des grains de pollen.
> Le pistill est l'organe femelle. Il comprend une partie renflée ou ovaire, surmontée par un style terminé par un stigmate.
> Le réceptacle porte l'ensemble (sépales, pétales, étamines, pistill) et est rattaché aupédoncule.

exemple: la naissance d'une cerise
img286b 
La partie qui se transforme sur la cerise est l'ovaire, une partie charnue car formée par la paroi de l'ovaire.
-> Pour la 2ème étape du schéma, la fleur de cerisier est fanée. L'ovaire contient l'ovule. L'ovaire deviendra un fruit et l'ovule une graine. Ils augmentent tous les deux de volume.
-> La dernière étape montre le fruit. Sépales, pétales et étamines sont tombées. Le pédoncule de la fleur porte désormais un fruit charnu à l'extérieur, dur à l'intérieur, car il contient la graine.

b/ Des gamètes à la graine  
La formation de la cerise nécessite deux étapes: la pollinisation et la fécondation.
> La pollinisation est le transport du pollen des étamines sur le stigmate du pistill. Elle assure le rapprochement des cellules sexuelles ou gamètes.
  -> Différentes types de pollinisation:
img287 
  -> Agents de transports du pollen:
. par les animaux / insectes commes les abeilles, qui visitent les fleurs pour puler le nectar, ils se poudrent de pollen et le transportent sur d'autres fleurs. Ces fleurs ont des pétales très colorés et le nectar (glandes sécrétant un liquide sucré) est odorant.
. par le vent, pour les fleurs apétales (sans pétales) ou avec des pétales non attractives pour les insectes. Leurs étamines sont longues et souples et sont agitées par le vent; les stigmates sont plumeux et récupèret le pollen libéré (exemple des graminées).

> La fécondation comprend plusieurs étapes:
  -> Germination d'un grain de pollen: le grain de pollen germe sur le stigmate, il émet un tube pollinique qui pénètre dans le style puis dans l'ovaire jusqu'à l'ovule. A l'intérieur de ce tube, deux cellules sexuelles mâles (deux noyaux) ou spermatozoïdes se différencient.
  -> Au niveau de l'ovule, un des deux spermatozoïdes fusionne avec la cellule femelle ou oosphère: c'est la fécondation principale qui conduit à la formation d'une cellule-oeuf à partir de laquelle l'embryon se développe. Le 2ème spermatozoïdes féconde un ensemble de 2 autres cellules (deux noyaux) de ce même ovule: il y a formation d'une deuxième cellule-oeuf qui évolue en substance de réserves. 
 
-> L'embryon et les réserves d'une part, les téguments de l'ovule d'autre part, forment la graine.

> A la suite de cette double fécondation, la paroi de l'ovaire se développe en un fruit. Pour simplifier, la double fécondation est donc la rencontre de 2 noyaux qui va donner une double cellule oeuf.
Pour schématiser (où N = noyau)
  N pollen  +   N oosphère        =>     Embryon   =>  CELLULE
  N pollen  + 2 N sac embryonnaire  => Réserve  =>   OEUF
(Embryon et Réserve forment La Graine).

c/ Différents types de fleurs et de fruits
>> Les fleurs
exemples:
frêne: fleur apétale (sans pétale), asépale (sans sépale), akène (fruit sec, à graine unique) au fruit  indéhiscent (ne s'ouvre pas, difficile de le couper en 2).
img2861 

pommier:
fleur régulière (aux verticilles réguliers, c'est à dire en cercle autour d'un axe, disposé autour du centre de la plante et sensiblement égales entre elles) 
img2862

marguerite:
fleur composée (comme le tournesol, avec pétales insérés comme une spirale) 
img2863 

fraisier:
fleur régulière au fruit indéhiscent; La fraise est en fait une hypertrophie du réceptable et la fraise contient pleins de petits fruits (les petites graines) 
img2864 

>> Les fruits
-> Classification possible: selon le nombre de graines, et la présence ou non de chair.
img340c 
-> Le fruit contient les graines. Il comprend 3 parties (extérieur et intérieur): épicarpe, mésocarpe et endocarpe, correspondant aux 3 parties de l'ovaire dont il provient. Ces parties se développent différemment selon les espèces:
img288  
-> Un vrai fruit est issu de la paroi de l'ovaire;
-> Un faux fruit = fruit composite est l'évolution ( de l'ovaire et ) d'une autre partie de la fleur. Exemple: la fraise, la partie charnue comestible n'est pas un fruit ! Les fruits sont les petites graines (akènes) à la surface du réceptacle. La pomme est un fruit composite car constituée de l'ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle, soudés.

>> La graine
-> Organisme déshydraté, en vie ralentie, qui contient une plantule (gemmule, radicule, tigelle), un ou deux cotylédons, enveloppés dans un tégument.
La germination de la graine concorde avec la reprise de l'activité respiratoire (énergie). Pour germer, il faut: une température adaptée, de l'eau, de l'oxygène.

2. La reproduction asexuée ou multiplication végétative des plantes à fleurs
Toutes les plantes à fleurs peuvent se reproduire grâce aux graines formées lors de la fécondation, mais certaines possèdent en plus un autre mode de reproduction et de multiplication de l'espèce sans intervention de graines ni de gamètes.

a/ La reproduction asexuée produit de nombreux individus, tous identiques entre eux, à partir de fragments d'un individu initial. Ces individus colonisent rapidement le milieu dans lequel ils sont produits. il existe une multiplication végétative naturelle:
> à partir de racines (exple: le framboisier).
> à partir de stolons -tiges aériennes rampantes qui au contact du sol, s'enracinent et donnent de nouveaux pieds- (exple: le fraisier).
> à partir de tubercules -tiges souterraines dont les nombreux bourgeons se développent et donnent plusieurs plantes aériennes-
> à partir de rhizomes -tiges souterraines rampantes- (exple: l'iris).
> à partir de bulbes -qui contient un bourgeon floral qui se développe en plante aérienne et fleurit: fabrication de la matière qui s'accumule dans un bourgeon bulbeux, parfois 2 ou 3, à l'origine du ou des bulbes de remplacement- (exple: ail, tulipe, oignon..).

a/ La connaissance de cette multiplication naturelle a perlis de développer des techniques de multiplication végétative artificielle:
> le bouturage consiste à enterrer en partie ou totalement un fragment d'organe végétal (souvent un morceau de rameau ou une tige jeune, parfois des feuilles). Ces boutures donnent une nouvelle plante. (exple: géranium).
Le greffage est un procédé utilisé pour multiplier les arbres fruitiers de qualité. C'est un bouturage particulier: la bouture (greffon) est placée sur un autre végétal, le porte-greffe.
> le marcottage consiste à enterrer une tige qui reste en liaison avec la plante mère. Des racines se développent sur la partie enterrée et on sépare alors la plante nouvelle de la plante mère (exple: fraisiers, vigne).
> l'éclatage consiste à fragmenter une plante en plusieurs parties et de les remettre en terre: chacune se développe et donne une nouvelle plante (exple: division des rhizomes d'iris, tubercules de dahlias). 

Posté par ginieland à 19:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2011

Les Sciences: 1/ Le vivant

Chapitre 1 - Notion du vivant
domaine: Biologie

Introduction
. Classification d'éléments selon des critères scientifiques: 
> Non vivant
ours en peluche, caillou, soleil, carbone, volcan
> Vivant
-> Champignons: girolle, moisissure, levure
-> Végétaux: lilas, tulipe, graine de tournesol, sapin, fougère, algue
-> Animaux: homme, chien, scarabée, escargot, dauphin
-> Bactéries: virus, bactérie Escherichia Coli
. Critères de distinction entre animaux et végétaux:
-> pour la nutrition: végétaux autotrophes, photosynthèse / animaux hétérotrophes
-> pour cellule nerveuse: animal en possède / différent pour les végétaux
-> pour l'ultrastructure de la cellule: les organites intérieurs sont différents.

Définition du vivant
> Système matériel organisé (cad une ou plusieurs cellules) qui échange avec son environnement de la matière, de l'énergie, de l'information. Le vivant est capable de se reproduire, ou de se faire reproduire, de faire ses propres synthèses, et évolue par sélection naturelle. Il provient du vivant et dépend des conditions du milieu extérieur.
 >> Les échanges de matière entre un être vivant et son milieu sont de deux types:
     -> matière gazeuse avec entrée d'O2 et sortie de CO2 (respiration) pour la majorité; entrée de CO2 et sortie d'O2 pour les végétaux chlorophylliens (photosynthèse).
     -> matière non gazeuse avec entrée de matière organique et minérale (alimentation des animaux) et sortie de déchets (excrétion); entrée de matière minérale (absorption de végétaux verts) et sortie d'eau essentiellement (transpiration).
 >> Les relations énergétiques entre un être vivant et son milieu sont de deux types:
     -> Les végétaux verts utilisent la lumière comme source d'énergie: la photosynthèse est l'intégration de la lumière dans des molècules organiques synthétisés à partir de matière minérale.
     -> Les animaux consomment des aliments organiques, riches en énergie utilisable grâce à la respiration et / ou la fermentation.
 >> Les relations de communication entre un être vivant et son milieu, mais aussi à l'intérieur même de l'être lui-même:
     -> Stimulus émis à l'extérieur de l'animal: communication "stimulus-réponse", cad émetteur du stimulus/message et un récepteur du stimulus (organe des sens) qui le transforme en un message nerveux, qui après traitement, le transmet aux organes effecteurs de la réponse.
    -> Communication entre deux organes d'un même organisme: la communication interne permet à toute cellule de coopérer dans un fonctionnement global au niveau de l'organisme, en rapport à un milieu extérieur donné. Les voies de ce type de communication sont nerveuse ou hormonale
> La matière est capable de s'auto-organiser sans être programmée.

Unité du vivant: la cellule
> Elle est témoin d'une histoire commune évolutive.
> Cellule procaryote (cad une seule cellule) sont unicellulaires; exple: bactéries.
> Cellule eucaryote (contient un noyau) sont unicellulaires ou pluricellulaires; exple: levures.
> Le noyau contient l'ADN; Le cytoplasme contient divers organites.

Unité du vivant
> composition chimique.
> Matière composée de substance minérale et organique.
-> Minérale: N (azote), P (phosphore), K (potassium)... (oligoélements).
-> Organique: composée de C (carbone), O (oxygène) et H (hydrogène).   
    . Glucides (les sucres) (simples -oses / composés)
    . Lipides (AG acides gras + alcool)
    . Protéines (enchaînements d'AA acides aminés).

Besoins énergétiques
> assurés par deux types de réactions au sein des cellules:
-> Fermentation: anaérobie (cad sans oxygène), exple: (vin en) vinaigre.
-> Respiration: aérobie (cad besoin d'oxygène).
> indispensable pour la fabrication nouvelle de matière organique (croissance, renouvellement).
> Le programme s'intéresse aux organismes aérobies:
-> Autotrophie pour C (carbone); exple: les végétaux chlorophylliens
Autotrophe= se nourrit tout seul
Synthèse de matière organique à partir de matière minérale.
-> Hétérotrophie pour C; exple: animaux, champignons.synthèse de matière organique à partir de dégradation de matière organique.

Les champignons
> hétérotrophes: dégradent la matière organique.
> macromycètes: sont visibles à l'oeil nus VS micromycètes: besoin d'un microscope
-> sacrophyte: poussent sur des arbres morts; se nourrissent de matière organique de l'animal ou végétal mort.
-> symbiotique: signifie synthèse de 2 éléments, cad champignons + quelque chose d'autre; l'association bénéficie aux deux.
-> parasite: utilise la matière organique de l'autre (animal ou végétal), sans rien lui apporter.
> Spores et mycélium: les champignons libèrent de petites lamelles (spores) qui vont germer (du mycélium qui se développe à partir des spores) et va donner un enchevêtrement de filaments sous le champignon qui va grossir et donner un gros champignon (tel le Champignon de Paris).

Posté par ginieland à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,